Nouveau

Apprenez la phrase japonaise «Ki o Tsukete»

Apprenez la phrase japonaise «Ki o Tsukete»

La phrase japonaiseKi o tsukete signifie "faites attention". C'est l'expression que vous utiliseriez pour dire au revoir à un ami (que vous vous attendez à revoir dans quelques jours) ou à un patron ou un collègue (que vous attendez à voir le lendemain ou après un week-end). Mais la phrase mérite quelques explications.

Beaucoup dans les cultures occidentales croient que les Japonais utilisent sayounara en disant au revoir. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité, note FluentU, ajoutant que non seulement ce stéréotype, mais le terme sayonara également implique une finalité, comme si vous vous disiez au revoir pour de bon. "En disant sayounara à un patron ou à un être cher peut les rendre confus ou bouleversés », explique le site Web linguistique.

Si vous prévoyez d'étudier le japonais ou de visiter le Japon, il est important que vous sachiez dire au revoir de manière socialement appropriée. Lisez la suite pour apprendre à utiliser l'expression Ki o tsukete, y compris comment le prononcer et dans quel contexte social l'utiliser.

Prononcer "Ki o Ttsukete"

Cliquez sur le lien pour faire apparaître un fichier audio qui vous permettra d'écouter la bonne façon de prononcer la phrase japonaise pour "faites attention". En écoutant la prononciation de "Ki o tsukete", faites une pause après avoir écouté une ou deux fois et entraînez-vous à prononcer la phrase.

Caractères japonais: Écriture de "Ki o Tsukete"

Il peut également être utile de savoir comment écrire l'expression pour dire au revoir. Avant d'étudier comment la phrase est écrite, il est important de comprendre les trois systèmes d'écriture japonais: kanji, hiragana et katakana.

Le kanji est symbolique (ou logographique). C'est le moyen de communication écrite le plus courant en japonais. Hiragana est un syllabaire phonétique composé de lettres kanji simplifiées, guide d'étude des notes "Grammaire japonaise". Hiragana est utilisé principalement pour épeler des mots qui ont des racines japonaises ou des éléments grammaticaux. Le katakana est utilisé pour épeler des mots étrangers et techniques ("ordinateur" en est un exemple) ou pour mettre l'accent. La phrase Ki o tsukete est une combinaison de kanji et de katakana, et s'écrit comme suit:

気をつけて。

La phrase peut également être traduite par «soyez prudent». Le dicton implique une préoccupation que vous souhaitez exprimer pour la santé et le bien-être de votre auditeur, en ce que vous lui souhaitez bonne chance jusqu'à ce que vous puissiez la revoir.

Utilisation correcte de "Ki o Tsukete"

L'école de langue japonaise Iidabashi souligne un autre problème à prendre en compte lors de l'utilisation de l'expression Ki o tsukete. Vous dites en effet à votre auditeur de "faire attention" ou de "faire attention" lors de l'utilisation de cette phrase. Cependant, l'école note sur le site Web, Gaijin Pot:

"C'est une phrase qui signifie que l'on prie pour le voyage en toute sécurité de l'autre. En tant que telle, c'est une phrase que seule la personne qui regarde quelqu'un d'autre peut utiliser. La personne qui part ne peut pas le dire à la personne qui reste." "

En d'autres termes, seule la personne qui reste peut utiliser l'expression pour, essentiellement, souhaiter un bon voyage à la personne qui part. Donc, si vous êtes celui qui quitte le travail ou la maison, FluentU suggère les expressions alternatives suivantes pour dire au revoir en japonais:

  • 行って来ます (いってきます, itte kimasu)> Je pars de chez moi
  • お先に失礼します (おさきにしつれいします, osaki ni shitsurei shimasu)> Excusez-moi de partir en premier
  • お疲れ様でした (おつかれさまでした, otsukaresama deshita)> Merci pour votre travail acharné

Il existe également un certain nombre d'autres façons de dire au revoir en japonais, que vous apprendrez en continuant à étudier la langue. Alors ki o tsukete (soyez prudent ou prenez garde) d'utiliser la bonne phrase lorsque vous prévoyez de partir.

La source

Inc. BarCharts. "Grammaire japonaise." Quick Study Academic, édition bilingue, QuickStudy, 1er janvier 2005.