La vie

Thomas Jefferson et l'achat en Louisiane

Thomas Jefferson et l'achat en Louisiane

L'achat de la Louisiane a été l'une des plus importantes transactions foncières de l'histoire. En 1803, les États-Unis ont payé environ 15 millions de dollars à la France pour plus de 800 000 milles carrés de terrain. Cet accord foncier était sans doute la plus grande réussite de la présidence de Thomas Jefferson, mais il a également posé un problème philosophique majeur pour Jefferson.

Thomas Jefferson, l'anti-fédéraliste

Thomas Jefferson était fortement anti-fédéraliste. Bien qu'il ait participé à la rédaction de la Déclaration d'indépendance, il n'a pas rédigé la Constitution. Au lieu de cela, la Constitution a été principalement écrite par des fédéralistes tels que James Madison. Jefferson s'est prononcé contre un gouvernement fédéral fort et a plutôt défendu les droits des États. Il craignait la tyrannie de toute sorte et ne reconnaissait que la nécessité d'un gouvernement central fort en matière d'affaires étrangères. Il était préoccupé par le fait que la Constitution ne traite pas des libertés protégées par la Déclaration des droits et n'appelle pas de limites de mandat pour le président.

La philosophie de Jefferson concernant le rôle du gouvernement central est plus clairement visible lors de l'enquête sur son désaccord avec Alexander Hamilton sur la création d'une banque nationale. Hamilton était un fervent partisan d'un gouvernement central fort. Une banque nationale n'était pas expressément mentionnée dans la Constitution, mais Hamilton pensait que la clause élastique (U.S. Const. Art. I, § 8, cl. 18) donnait au gouvernement le pouvoir de créer un tel organisme. Jefferson était complètement en désaccord. Il a estimé que tous les pouvoirs accordés au gouvernement national étaient énumérés ou exprimés. S'ils n'étaient pas expressément mentionnés dans la Constitution, ils étaient réservés aux États.

Le compromis de Jefferson

Lors de l'achat de la Louisiane, Jefferson a dû mettre de côté ses principes car ce type de transaction n'était pas expressément mentionné dans la Constitution. S'il avait attendu un amendement constitutionnel, cependant, l'accord aurait pu échouer. Avec le soutien du peuple américain, Jefferson a décidé de procéder à l'achat.

Jefferson devait agir rapidement lorsqu'il découvrit que l'Espagne avait signé un traité secret avec la France en 1801 cédant la Louisiane à la France. La France constituait soudain une menace potentielle pour l'Amérique. La crainte était que si l'Amérique n'achetait pas la Nouvelle-Orléans à la France, cela pourrait conduire à la guerre.

Le changement de propriétaire de l'Espagne à la France a entraîné la fermeture des entrepôts du port aux Américains, et on craignait que la France ne se déplace pour couper complètement l'accès américain au port. Jefferson a envoyé des émissaires en France pour tenter de garantir l'achat de la Nouvelle-Orléans. Au lieu de cela, ils sont revenus avec un accord pour acheter tout le territoire de la Louisiane, car Napoléon avait besoin d'argent pour la guerre imminente contre l'Angleterre.

Importance de l'achat en Louisiane

Avec l'achat de ce nouveau territoire, la superficie de l'Amérique a presque doublé. Cependant, les limites exactes sud et ouest n'étaient pas définies dans l'achat. L'Amérique devrait travailler avec l'Espagne pour négocier les détails spécifiques de ces frontières.

Lorsque Meriwether Lewis et William Clark ont ​​dirigé un petit groupe expéditionnaire appelé Corps of Discovery sur le territoire, ce n'était que le début de la fascination de l'Amérique pour explorer l'Ouest. Que l'Amérique ait ou non un "destin manifeste" qui s'étende de "mer en mer" comme c'était souvent le cri de ralliement du début au milieu du XIXe siècle, sa volonté de contrôler ce territoire ne peut être niée.

Sources

  • «Louisiana Purchase, The.» Monticello, Thomas Jefferson Foundation, Inc., www.monticello.org/thomas-jefferson/louisiana-lewis-clark/the-louisiana-purchase/.
  • Mullen, Pierce. «Financing the Purchase». Découvrir Lewis & Clark®, Lewis & Clark Fort Mandan Foundation, Lewis & Clark Trail Heritage Foundation et le National Park Service Lewis and Clark National Historic Trail, www.lewis-clark.org/article/316.