Nouveau

Le gouvernement impose des pilules contraceptives gratuites

Le gouvernement impose des pilules contraceptives gratuites

Les compagnies d'assurance américaines sont tenues de fournir gratuitement des pilules contraceptives et d'autres formes de contraception aux femmes conformément aux directives annoncées par le ministère américain de la Santé et des Services sociaux en août 2011.

Les règles d'assurance exigeant des pilules contraceptives gratuites entrent en vigueur le 1er août 2012 et étendent la couverture médicale en vertu de la loi de réforme des soins de santé signée par le président Barack Obama, The Patient Protection and Affordable Care Act.

"La Loi sur les soins abordables aide à arrêter les problèmes de santé avant qu'ils ne commencent", a déclaré alors la secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Kathleen Sebelius. "Ces directives historiques sont basées sur la science et la littérature existante et aideront à garantir que les femmes obtiennent les avantages préventifs pour la santé dont elles ont besoin."

Au moment où les règles ont été annoncées, 28 États ont exigé des compagnies d'assurance maladie qu'elles paient les pilules contraceptives et d'autres formes de contraception.

Réaction aux pilules contraceptives gratuites

La règle obligeant les assureurs à fournir gratuitement des contraceptifs aux femmes a été saluée par les organisations de planification familiale et les critiques de l'industrie des soins de santé et des militants conservateurs.

Cecile Richards, présidente de Planned Parenthood Federation of America, a décrit la règle de l'administration Obama comme une "victoire historique pour la santé des femmes et les femmes à travers le pays".

"Couvrir la contraception sans cofinancement est l'une des mesures les plus importantes que nous puissions prendre pour prévenir les grossesses non désirées et garder les femmes et les enfants en bonne santé", a déclaré Richards dans un communiqué.

Les militants conservateurs ont fait valoir que l'argent des contribuables ne devrait pas être utilisé pour payer la contraception, et l'industrie des soins de santé a déclaré que cette décision les obligerait à augmenter les primes et à augmenter le coût de la couverture pour les consommateurs.

Comment les assureurs fourniront des pilules contraceptives

Les règles donnent aux femmes l'accès à toutes les méthodes contraceptives approuvées par la Food and Drug Administration, aux procédures de stérilisation, à l'éducation et au conseil aux patients. La mesure n'inclut pas les médicaments abortifs ou la contraception d'urgence.

Les règles de couverture permettent aux assureurs d'avoir recours à une «gestion médicale raisonnable» pour définir leur couverture et réduire leurs coûts. Par exemple, ils seront toujours autorisés à facturer des copaiements pour les médicaments de marque si une version générique est disponible et est tout aussi efficace et sûre pour le patient.

Les copaiements, ou copaiements, sont payés par les consommateurs lorsqu'ils achètent des ordonnances ou vont chez leur médecin. Les pilules contraceptives coûtent jusqu'à 50 $ par mois dans le cadre de nombreux régimes d'assurance.

Les institutions religieuses qui offrent une assurance à leurs employés ont le choix de couvrir les pilules contraceptives et autres services de contraception.

Raison des pilules contraceptives gratuites

Le ministère de la Santé et des Services sociaux considère la fourniture de contraceptifs oraux comme des soins de santé préventifs nécessaires.

"Avant la réforme de la santé, trop d'Américains n'avaient pas reçu les soins de santé préventifs dont ils avaient besoin pour rester en bonne santé, éviter ou retarder l'apparition de la maladie, mener une vie productive et réduire les coûts des soins de santé", a déclaré l'agence. "Souvent à cause du coût, les Américains ont utilisé des services préventifs à environ la moitié du tarif recommandé."

Le gouvernement a décrit les services de planification familiale comme "un service préventif essentiel pour les femmes et essentiel pour espacer convenablement et assurer les grossesses prévues, ce qui se traduit par une meilleure santé maternelle et de meilleurs résultats à la naissance".

Autres mesures préventives couvertes

En vertu des règles annoncées en 2011, les assureurs sont également tenus de fournir, sans frais pour les consommateurs:

  • visites de femmes bien portantes;
  • dépistage du diabète gestationnel;
  • test ADN du papillomavirus humain pour les femmes de 30 ans et plus;
  • conseil en matière d'infection sexuellement transmissible;
  • dépistage et conseil concernant le virus de l'immunodéficience humaine (VIH);
  • soutien, fournitures et conseils en matière d'allaitement;
  • dépistage et conseil en matière de violence domestique.

2018: Trump affaiblit le mandat de couverture de la contraception

Le 7 novembre 2018, l'administration Trump a publié deux règlements finaux autorisant les employeurs à refuser aux femmes une couverture d'assurance pour les mesures de contrôle des naissances en tant que service de santé préventif.

La première des deux règles émises par le ministère de la Santé et des Services sociaux autorise des dérogations au mandat de couverture contraceptive Obamacare pour les entités qui s'opposent à une telle couverture sur la base de croyances religieuses. La deuxième règle finale autorise des exemptions de couverture aux organisations à but non lucratif et aux petites entreprises qui ont des objections morales et non religieuses à la contraception.

"Les départements estiment que les exemptions pourraient affecter la couverture d'environ 6 400 femmes, et déclarent qu'en aucun cas elles n'affecteront plus de 127 000 femmes, ce qui, selon les départements, est beaucoup plus que ce qui sera réellement touché", a déclaré le département dans un communiqué de presse. .

Les exemptions religieuses et morales prévues par les règles s'appliquent aux établissements d'enseignement, aux émetteurs et aux particuliers. Cependant, l'exemption pour les convictions morales ne s'étend pas aux entreprises cotées en bourse, et ni l'exemption morale ni l'exemption religieuse ne s'appliquent aux agences ou entités du gouvernement fédéral, selon le ministère.

«Ces règles affectent une petite fraction des 165 millions de femmes aux États-Unis», a déclaré le département. «Les règles laissent en place des lignes directrices sur la couverture contraceptive en l'absence d'objection religieuse ou morale, et elles ne changent pas le pouvoir de la Health Resources and Services Administration de décider d'inclure ou non des contraceptifs dans les lignes directrices des services de prévention des femmes pour les autres entités.»

Émis sous forme de règlements fédéraux sous la direction d'un décret présidentiel, plutôt que d'un acte du Congrès, les règles peuvent être modifiées ou abrogées à tout moment par les administrations présidentielles actuelles ou futures.

Mis à jour par Robert Longley