La vie

La dynastie achéménide perse

La dynastie achéménide perse

Les Achéménides étaient la dynastie régnante de Cyrus le Grand et de sa famille sur l'empire perse (550-330 av. J.-C.). Le premier des Achaemenids de l'empire perse fut Cyrus le Grand (alias Cyrus II), qui prit le contrôle de la région à son souverain médian, Astyages. Son dernier souverain était Darius III, qui a perdu l'empire au profit d'Alexandre le Grand. À l'époque d'Alexandre, l'empire persan était devenu le plus grand empire de l'histoire, s'étendant de l'Indus à l'est à la Libye et à l'Égypte, de la mer d'Aral à la côte nord de la mer Égée et au persan (arabe) Golfe.

Les achéménides

  • Cyrus I (gouverné à Anshan)
  • Cambyses I, le fils de Cyrus (gouverné à Anshan)

Rois Empire achéménides

  • Cyrus II (le Grand) 550-530 av. J.-C. (gouverné par Pasargades)
  • Cambyses II 530-522 av.
  • Bardiya 522 av. J.-C. (éventuellement un prétendant)
  • Darius I 522-486 av. J.-C. (gouverné de Persépolis)
  • Xerxès I (le Grand) 486-465 av.
  • Artaxerxes I 465-424 av.
  • Xerxès II 424-423 av.
  • Darius II (Ochus) 423-404 av.
  • Artaxerxès II (Arsaces) 404-359 av.
  • Artaxerxès III (Ochus) 359-338 av.
  • Artaxerxès IV (Asses) 338-336 av.
  • Darius III 336-330 av.

La vaste région conquise par Cyrus II et ses descendants ne pouvait évidemment pas être contrôlée depuis la capitale administrative de Cyrus à Ecbatana ou le centre de Darius à Suse. Chaque région disposait donc d’un gouverneur / protecteur régional appelé satrape (responsable et représentants de le grand roi), plutôt qu'un sous-roi, même si les satrapes étaient souvent des princes exerçant un pouvoir royal. Cyrus et son fils Cambyses ont commencé à élargir l'empire et à mettre en place un système administratif efficace, mais Darius le Grand l'a perfectionné. Darius s'est vanté de ses réalisations grâce à des inscriptions multilingues sur une falaise de calcaire au mont Behistun, dans l'ouest de l'Iran.

Les styles architecturaux courants dans l'empire achéménide comprenaient des bâtiments à colonnes distincts appelés apadanas, de vastes gravures rupestres et des reliefs en pierre, des escaliers d'escalade et la version la plus ancienne du jardin persan, divisée en quatre quadrants. Les articles de luxe dits de saveur achéménide sont des bijoux à incrustations polychromes, des bracelets à tête d'animal et des bols carinés d'or et d'argent.

La route royale

La route royale était une voie de communication intercontinentale majeure probablement construite par les Achéménides pour permettre l'accès aux villes conquises. La route allait de Suse à Sardes et de là à la côte méditerranéenne, à Éphèse. Les sections intactes de la route sont des trottoirs de galets au sommet d’un bas talus de 5 à 7 mètres de largeur et, parfois, face à une bordure de pierre taillée.

Langues achéménides

L’empire achéménide étant très étendu, de nombreuses langues étaient nécessaires à l’administration. Plusieurs inscriptions, telles que l'inscription de Behistun, ont été répétées dans plusieurs langues. L'image sur cette page est d'une inscription trilingue sur un pilier du palais P de Pasargades, à Cyrus II, probablement ajoutée pendant le règne de Darius II.

Les principales langues utilisées par les Achéménides comprenaient le vieux persan (ce que les dirigeants parlaient), l'élamite (celui des peuples d'origine du centre de l'Irak) et l'akkadien (l'ancienne langue des Assyriens et des Babyloniens). Old Persian avait son propre script, développé par les souverains achéménides et basé en partie sur des coins cunéiformes, tandis que les mots élamite et akkadien étaient généralement écrits en cunéiforme. Les inscriptions égyptiennes sont également moins connues et une traduction de l’inscription de Behistun a été trouvée en araméen.

Mis à jour par N.S. Gill

Sources

Aminzadeh B, et Samani F. 2006. Identification des limites du site historique de Persépolis par télédétection. Télédétection de l'environnement 102(1-2):52-62.

Curtis JE et Tallis N. 2005. Empire oublié: le monde de l'ancienne Perse. Presses de l'Université de Californie, Berkeley.

Dutz WF et Matheson SA. 2001. Persépolis. Publications Yassavoli, Téhéran.

Encyclopédie Iranica

Hanfmann GMA et Mierse WE. (eds) 1983. Sardes de la période préhistorique à la période romaine: résultats de l'exploration archéologique de Sardes 1958-1975. Harvard University Press, Cambridge, Massachusetts.

Sumner, WM. 1986 Installation achéménide dans la plaine de Persépolis. Journal américain d'archéologie 90(1):3-31.