Intéressant

Deuxième guerre mondiale: Grumman F8F Bearcat

Deuxième guerre mondiale: Grumman F8F Bearcat

Général

  • Longueur: 28 pi, 3 po
  • Envergure: 35 pi, 10 po
  • La taille: 13 pi, 9 po
  • Zone de l'aile: 244 pieds carrés
  • Poids à vide: 7,070 lb
  • Poids maximum au décollage: 12 947 lb
  • Équipage: 1

Performance

  • Vitesse maximum: 421 mph
  • Gamme: 1 105 miles
  • Plafond de service: 38 700 pieds
  • Centrale électrique: 1 × Guêpe double Pratt & Whitney R-2800-34W, 2 300 ch

Armement

  • Armes à feu: Mitrailleuses 4 × 0.50 po
  • Roquettes: Fusées non guidées 4 × 5 po
  • Bombes: 1 000 lb des bombes

Développement Grumman F8F Bearcat

Avec l'attaque de Pearl Harbor et l'entrée de l'Amérique dans la Seconde Guerre mondiale, les chasseurs de première ligne de l'US Navy comprenaient les Grumman F4F Wildcat et Brewster F2A Buffalo. Déjà conscient de la faiblesse de chaque type par rapport à la Mitsubishi A6M Zero japonaise et à d'autres chasseurs de l'Axe, la marine américaine a passé un contrat avec Grumman au cours de l'été 1941 pour former un successeur au Wildcat. En utilisant les données des premières opérations de combat, cette conception est finalement devenue la Grumman F6F Hellcat. Entré en service au milieu de 1943, le Hellcat forma l’ossature des forces de chasse de la marine américaine pendant le reste de la guerre.

Peu de temps après la bataille de Midway en juin 1942, un vice-président de Grumman, Jake Swirbul, s’est envolé pour Pearl Harbor afin de rencontrer les pilotes de chasse qui avaient pris part aux fiançailles. Se rassemblant le 23 juin, trois jours avant le premier vol du prototype F6F, Swirbul a travaillé avec les dépliants pour développer une liste de caractéristiques idéales pour un nouveau chasseur. Le taux de montée, la vitesse et la maniabilité sont au centre de ces préoccupations. Prenant les mois suivants pour mener une analyse en profondeur du combat aérien dans le Pacifique, Grumman commença les travaux de conception de ce qui allait devenir le F8F Bearcat en 1943.

Grumman F8F Bearcat Design

Compte tenu de la désignation interne G-58, le nouvel avion consistait en un monoplan à aile basse et en porte-à-faux de construction entièrement en métal. Employant le même comité consultatif national pour l'aéronautique de la série 230 que le Hellcat, le XF8F était plus petit et plus léger que son prédécesseur. Cela lui a permis d'atteindre des niveaux de performance supérieurs à ceux de la F6F tout en utilisant le même moteur Pratt & Whitney R-2800 à double guêpe. La puissance et la vitesse supplémentaires ont été gagnées grâce au montage d’une grande hélice pour aéroproduits de 12 pi 4 po. Cela a obligé l'avion à disposer d'un train d'atterrissage plus long, ce qui lui donnait une apparence de "cabré" semblable à celle du Chance Vought F4U Corsair.

Conçu principalement comme un intercepteur capable de voler à la fois pour les grands et les petits transporteurs, le Bearcat a supprimé le profil de faîtage de F4F et F6F au profit d’un auvent en bulle qui a grandement amélioré la vision du pilote. Le type comprenait également une armure pour le pilote, le refroidisseur d'huile et le moteur, ainsi que des réservoirs de carburant auto-obturant. Afin de gagner du poids, le nouvel avion n'était armé que de quatre calibres .50. mitraillettes dans les ailes. C'était deux de moins que son prédécesseur, mais jugé suffisant en raison de l'absence de blindage et d'autres protections utilisées sur les avions japonais. Celles-ci pourraient être complétées par quatre roquettes de 5 "ou jusqu’à 1 000 lb de bombes. Pour tenter de réduire le poids de l’avion, des expériences ont été menées avec des extrémités d’aile qui se détacheraient sous des forces plus lourdes. Ce système finalement abandonné.

Grumman F8F Bearcat va de l'avant

Le 27 novembre 1943, la marine américaine commanda deux prototypes du XF8F. Achevé à l'été 1944, le premier avion vola le 21 août 1944. Atteignant ses objectifs de performance, le XF8F s'avéra plus rapide avec bon taux de montée que son prédécesseur. Les premiers rapports des pilotes d'essai comprenaient divers problèmes d'assiette, des plaintes concernant le petit cockpit, des améliorations à apporter au train d'atterrissage et une demande de six pistolets. Les problèmes liés au vol ont été corrigés, mais ceux relatifs à l'armement ont été abandonnés en raison de restrictions de poids. Le 6 octobre 1944, l'US Navy commanda 2 023 Bearcats F8F-1 à Grumman. Le 5 février 1945, ce nombre fut augmenté. General Motors fut chargé de construire 1 876 appareils supplémentaires sous contrat.

Historique opérationnel du Grumman F8F Bearcat

Le premier F8F Bearcat est sorti de la chaîne de montage en février 1945. Le 21 mai, le premier escadron équipé de Bearcat, le VF-19, est devenu opérationnel. Malgré l'activation de VF-19, aucune unité F8F n'était prête pour le combat avant la fin de la guerre en août. Avec la fin des hostilités, la marine américaine a annulé la commande de General Motors et le contrat Grumman a été réduit à 770 avions. Au cours des deux prochaines années, le F8F a progressivement remplacé le F6F dans les escadrons de porte-avions. Pendant ce temps, la marine américaine a commandé 126 F8F-1B qui ont vu le calibre .50. mitrailleuses remplacées par quatre canons de 20 mm. De plus, quinze aéronefs ont été adaptés, grâce au montage d’un pod radar, pour servir de chasseurs de nuit sous la désignation F8F-1N.

En 1948, Grumman introduisit le Bearcat F8F-2, qui comprenait un armement tout canon, une queue élargie, un gouvernail de direction et un capotage révisé. Cette variante a également été adaptée aux rôles de chasseur de nuit et de reconnaissance. La production a continué jusqu'en 1949, date à laquelle la F8F a été retirée du service de première ligne en raison de l'arrivée d'avions à réaction tels que le Grumman F9F Panther et le McDonnell F2H Banshee. Bien que le Bearcat n’ait jamais assisté à des combats dans le service américain, il a été piloté par l’escadron de démonstration de vol Blue Angels de 1946 à 1949.

Grumman F8F Bearcat Service civil et étranger

En 1951, environ 200 Bearcats F8F furent fournis aux Français pour être utilisés lors de la première guerre d'Indochine. Trois ans plus tard, à la suite du retrait français, l'avion survivant a été transféré à l'armée de l'air sud-vietnamienne. La SVAF a employé la Bearcat jusqu'en 1959, date à laquelle elle a pris sa retraite au profit d'avions plus perfectionnés. Des F8F supplémentaires ont été vendus à la Thaïlande, qui a utilisé ce type jusqu'en 1960. Depuis les années 1960, les Bearcats démilitarisés se sont révélés très populaires pour les courses aériennes. Initialement volés en configuration de stock, beaucoup ont été fortement modifiés et ont établi de nombreux records pour les avions à moteur à pistons.