Avis

Une brève histoire du Kenya

Une brève histoire du Kenya

Les fossiles découverts en Afrique orientale suggèrent que des protohumains parcouraient la région il y a plus de 20 millions d'années. Des découvertes récentes près du lac Turkana au Kenya indiquent que les hominidés vivaient dans la région il y a 2,6 millions d'années.

Les personnes de langue couchitique originaires d'Afrique du Nord sont venues s'installer dans la région du Kenya à partir de 2000 ans av. Les commerçants arabes ont commencé à fréquenter la côte du Kenya vers le premier siècle de notre ère. La proximité du Kenya avec la péninsule arabique était une invitation à la colonisation et des colonies arabes et perses se sont développées le long de la côte au huitième siècle. Au cours du premier millénaire de notre ère, les peuples nilotiques et bantous se sont installés dans la région, qui représente désormais les trois quarts de la population du Kenya.

Les Européens arrivent

La langue swahili, un mélange de bantou et d'arabe, s'est développée en tant que lingua franca pour le commerce entre les différents peuples. La domination arabe sur la côte a été éclipsée par l’arrivée en 1498 des Portugais qui cèdent à leur tour le contrôle islamique sous l’imam d’Oman dans les années 1600. Le Royaume-Uni a établi son influence au 19ème siècle.

L'histoire coloniale du Kenya remonte à la Conférence de Berlin de 1885, lorsque les puissances européennes ont pour la première fois divisé l'Afrique de l'Est en sphères d'influence. En 1895, le gouvernement britannique établit le protectorat de l'Afrique de l'Est et, peu après, ouvrit les hautes terres fertiles aux colons blancs. Les colons avaient la possibilité de faire entendre leur voix au sein du gouvernement avant même qu’il ne devienne officiellement une colonie britannique en 1920, mais les Africains se voyaient interdire toute participation politique directe jusqu’en 1944.

Les Mau Mau résistent au colonialisme

D'octobre 1952 à décembre 1959, le Kenya était sous l'état d'urgence résultant de la rébellion "Mau Mau" contre le régime colonial britannique. Au cours de cette période, la participation africaine au processus politique a augmenté rapidement.

Le Kenya atteint l'indépendance

Les premières élections directes des Africains au Conseil législatif ont eu lieu en 1957. Le Kenya est devenu indépendant le 12 décembre 1963 et, l'année suivante, est devenu membre du Commonwealth. Jomo Kenyatta, membre du groupe ethnique important Kikuyu et chef de l'Union nationale africaine du Kenya (KANU), est devenu le premier président du Kenya. Le parti minoritaire, l'Union démocratique africaine du Kenya (KADU), qui représente une coalition de petits groupes ethniques, s'est dissous volontairement en 1964 et a rejoint la KANU.

La route vers l'État à parti unique de Kenyatta

L'Union populaire du Kenya (KPU), un parti d'opposition de gauche petit mais important, a été formé en 1966, dirigé par Jaramogi Oginga Odinga, ancien vice-président et ancien de Luo. La KPU a été interdite peu de temps après et son dirigeant a été arrêté. Aucun nouveau parti d'opposition n'a été formé après 1969 et la KANU est devenue l'unique parti politique. À la mort de Kenyatta en août 1978, le vice-président, Daniel Arap Moi, devint président.

Une nouvelle démocratie au Kenya

En juin 1982, l'Assemblée nationale a modifié la constitution, faisant du Kenya un État à parti unique. Des élections parlementaires ont eu lieu en septembre 1983. Les élections de 1988 ont renforcé le système de parti unique. Cependant, en décembre 1991, le Parlement a abrogé la partie de la constitution consacrée au parti unique. Au début de 1992, plusieurs nouveaux partis s'étaient formés et des élections multipartites avaient eu lieu en décembre 1992. Toutefois, à cause de divisions au sein de l'opposition, M. Moi a été réélu pour un nouveau mandat de cinq ans et son parti, la KANU, a conservé la majorité de la législature. Les réformes parlementaires de novembre 1997 ont élargi les droits politiques et le nombre de partis politiques a rapidement augmenté. Toujours en raison d'une opposition divisée, Moi a été réélu président aux élections de décembre 1997. La KANU a remporté 113 des 222 sièges du Parlement mais, en raison des défections, elle a dû compter sur le soutien de petits partis pour se constituer une majorité ouvrière.
En octobre 2002, une coalition de partis d'opposition s'est unie à une faction qui s'est séparée de la KANU pour former la Coalition nationale arc-en-ciel (NARC). En décembre 2002, le candidat du NARC, Mwai Kibaki, a été élu troisième président du pays. Le président Kibaki a recueilli 62% des voix et le NARC, 59% des sièges au Parlement.

La source

Notes de fond du Département d'État américain.